2 min

Miss Tic : « Le livre que j’offre devient mon messager »

Image1

Le mur d’une ville. Un pochoir. Ses mots poétiques. Ses personnages expressifs. Miss Tic, artiste plasticienne, est poète. Sauvée par la poésie, elle l’a embrassée puis affichée. Engagée, la street artiste nous explique, avec rires, sa liberté de transmettre et sa passion des livres.

« Plaisir d’offrir, joie de recevoir (avec un grand éclat de rire). Je suis passionnée par la lecture. J’aime bien partager ce que j’aime. C’est un acte intime, comme un message que l’on n’ose pas toujours dire ou mal dire. Cela permet de transmettre un savoir ou une compréhension tout en partageant son propre goût.

Offrir un livre va dépendre des situations : des personnes et du contexte. Par exemple, j’ai offert récemment à mon jeune assistant Les lettres d’un jeune poète de Rainer Maria Rilke (Insel, 1929) car cela a un rapport avec la création. Cela dépend vraiment des gens et du moment. C’est très varié. Le livre que j’offre devient mon messager. J'offre des livres aux personnes qui aiment la littérature. Je ne ferai pas le même choix pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude de lire. A l’âge de vingt ans, j’ai découvert Georges Pérec et surtout La vie mode d’emploi (Editions Hachette, 1978). Pendant des années, j’ai offert ce même livre à plein de gens. Ses éditeurs vont me remercier car j’en ai acheté un paquet (rires). Puis, j’ai découvert Chantal Thomas grâce à Comment supporter sa liberté ? (Payot et Rivages, 2000). Comme il s’agit de liberté, d’indépendance et du statut de la femme, je l’ai beaucoup offert à mes amies. Il est très joliment écrit. Quand je découvre un auteur, je me mets à lire à peu près tout ce qu’il a écrit. Depuis j’achète les livres de Chantal Thomas régulièrement. J’étais contente car elle a été nommée à l’Académie française.

Image2Jeune le Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir (Gallimard, 1949) m'avait bouleversé et donné à penser. Ces dernières années, j’offre plutôt King Kong théorie de Virginie Despentes (Grasset, 2006) aux filles de mes amies ou aux jeunes femmes. Pour les nouvelles générations, cet ouvrage est absolument formidable. Il traite du même sujet.