2 min

Tu vas aimer #6 : Vanessa Schneider : « Les livres sont des traits d’union entre les gens »

Ernest Mag Tu Vas Aimer Schneider Barnes

Dans ce nouvel opus de "Tu vas aimer", la chronique où des personnalités et des auteurs racontent le livre qu'ils offrent toujours en cadeau, Lisa Vignoli est allée rencontrer Vanessa Schneider, romancière et journaliste. Rencontre en forme de trait d'union.

Vanessa Schneider est journaliste, écrivain et lectrice assidue (un à deux livres par semaine). Elle vient de publier "Tu t’appelais Maria Schneider" (Grasset), récit intime et bouleversant autour de sa cousine et comédienne Maria Schneider, portrait en creux aussi, d’une émouvante famille. La sienne. Elle vient de recevoir le Grand Prix de littérature de la Ville de Saint-Etienne.

Ernest Mag Schneider"Déjà, je dois avouer quelque chose : j’offre des livres parce que je ne supporte pas de les prêter. Quand je le fais, ils disparaissent à jamais. Les gens sont de bonne foi -je ne dis pas le contraire- mais ils oublient, tout simplement. Je ne prête donc jamais mes livres. Ça peut en heurter certains mais c’est comme ça ! En plus, le livre a une place très particulière dans ma famille. Mon père écrit lui aussi et, chez nous, c’est un peu et depuis toujours le cadeau obligatoire en plus d’un autre. Même à l’adolescence où je demandais quelque chose de précis (un vêtement ou autre), j’avais toujours un livre pour l’accompagner. A Noël, en particulier, je recevais une Pléiade, des albums de Pléiade ou des auteurs que mon père voulait me faire découvrir. J’ai découvert et lu tout Philip Roth comme ça. Annie Ernaux aussi.