1 min

Un livre italien et camusien

Ernest Vendredilecture Poteauxcarres

Chez Ernest, nous sommes depuis longtemps persuadés que littérature et football peuvent faire très bon ménage. Cela a donné Albert Camus, mais aussi Pierre-Louis Basse (chroniqueur chez Ernest) et quelques bons livres dont nous vous parlions ici notamment. Alors évidemment quand nous avons eu connaissance du premier roman de Laurent Seyer « Les poteaux étaient carrés » paru aux éditions Finitude, nous nous sommes rués dessus. Et nous n’avons pas été déçus. Bien au contraire. Ce fut un enchantement.

Le roman commence le 12 mai 1976. Jour de finale entre les Verts de Saint-Etienne et le Bayern de Munich dans la Coupe d’Europe des clubs champions, ancêtre de la Ligue des champions. Ce jour-là, Nicolas et sa famille recomposée de son père et de sa nouvelle compagne  vont « dîner devant le match ». Mais pour Nicolas, les Verts de Saint-Etienne sont en fait bien plus qu’une équipe de football. Les Verts sont un espoir une ouverture sur l’extérieur, un moyen de combler la tristesse profonde qu’il éprouve depuis le départ de sa maman. Ce 12 Mai 1976 est pour lui un moment unique, un moment où si les Verts l’emportent, il verra aussi, lui, une lumière sur sa vie. Peut-être acceptera-t-il enfin Virginie la balourde nouvelle compagne de son père, qui sait ?

Un livre tendre et drôle

Ce premier roman tout en finesse et en douceur est à la fois drôlatique et émouvant, mais aussi très intense dans le récit de la façon dont cet adolescent se construit. C’est aussi un livre tendre sur la relation père-fils.  Ce livre n’est pas un livre sur le football, mais c’est un livre qui montre la place que ce sport peut avoir dans la vie des gens. Positivement, comme négativement. C’est un livre pour les hommes et pour les femmes. C’est un livre qui a une odeur d’Italie, ce pays où l’on peut lire sur certains murs « A la base c’è il calcio », littéralement : à la base, il y a le foot. Comme école de la vie. Camus lui même ne disait-il pas « le peu de morale que j’ai acquis, je l’ai appris sur les terrains de football ».

Tous les #vendredilecture d’Ernest sont là.

1 commentaire

Laisser un commentaire