3 min

Proust 2 – Shakespeare 1

Ernest-Mag-france-ecrivains

Alors que l'équipe de France de football entame sa coupe du monde samedi et que les commémorations de la victoire de 1998 vont bon train, une autre équipe de France était en lice, samedi 10 juin. Celle des écrivains. Contre les Anglais. Et face aux écrivains anglais si prolifiques sur le côté romanesque du sport en général et du football en particulier, les écrivains français n'ont pas perdu une plume et se sont même offert le luxe d'une victoire rang contre les rosbifs. De quoi se remettre de deux défaites cuisantes contre l'Allemagne.

Un choc Dickens - Flaubert en maillot et en short. L'une anglaise, l'autre française, deux équipes atypiques de football se sont affrontées le 10 juin au stade Bauer (Saint-Ouen - 93), sous l’arbitrage du Red Star. Atypiques parce qu’un seul critère est requis pour l’intégrer : être écrivain. Et peu importe le sexe : les Anglais comptent ainsi deux filles dans leurs rangs.

Sur le trajet menant au stade, une image remonte à l’esprit : le match des philosophes Allemagne - Grèce. Les Monty Python avaient imaginé une improbable rencontre entre Héraclite, Aristote ou Platon d'un côté, et Marx, Schiller ou Heidegger de l'autre. Passant l'essentiel du match à s'interroger et à douter, personne en touche au ballon. Archimède finit par hurler « Eurêka » à la dernière minute, bondit sur la balle qu’il passe à Socrate qui marque le but de la victoire pour les Grecs.