6 min

Trierweiler : « Un livre c’est, pour moi, un très beau cadeau »

Valerie Trierweiler Copyright Patrick Fouque

Être surpris par un livre. C'est exactement ce qui est arrivé à la lecture du premier roman de Valérie Trierweiler : "Le Secret d'Adèle". C'est un livre sur la passion, sur l'amour, sur la peinture et sur une femme libre. Du coup, nous sommes allés rencontrer l'auteur. Et ce fut un moment savoureux avec une passionnée des livres.

Le Secret D'adele"Le secret d’Adèle". C’est le titre du premier roman - de Valérie Trierweiler publié aux éditions Les Arènes. Lorsqu’Ernest a reçu ce bouquin, l’entrain pour le lire n’était pas flamboyant au sein de la rédaction. Et puis, en commençant les premières lignes, nous avons été happés. Complètement happés par la description terrible de cette femme qui accouche mais dont on pressent qu’un drame va survenir. Cette femme, c’est Adèle Bloch-Bauer, et dès les vingt premières pages du livre, nous sommes avec elle et nous n’avons plus envie de la quitter.
Le pari de Valérie Trierweiler est simple : raconter la vie de cette « femme au tableau » immortalisée par le peintre Gustav Klimt. En mêlant la réalité et son imagination, Valérie Trierweiler signe un livre dense et passionnant sur la création, et surtout sur une femme libre qui s’affranchit des conventions de son milieu bourgeois pour vivre une histoire d’amour avec un saltimbanque.
En refermant le livre, nous avons eu envie d’aller rencontrer l’auteure. Pour parler d’Adèle, évidemment, mais aussi pour parler de son rapport aux livres, à elle, journaliste littéraire chez Paris Match.

Comment cette histoire d’Adèle Bloch Bauer est-elle venue à vous ?

Valérie Trierweiler : Tout cela est arrivé un peu par hasard. L’an dernier, j’ai réalisé toute une enquête pour Paris Match sur l’histoire de ce tableau, spolié par les Allemands. Je suis allée en Autriche, je me suis intéressée à l’histoire d’Adèle Bloch-Bauer. Une fois l’enquête terminée, c’était il y a un an, Adèle est restée en moi. Et c’est ainsi que j’ai commencé à écrire. En imaginant, à partir de ce que je savais d’elle, ce qu’avait pu être sa vie. Ce qui m’a inspirée c’est l’expression mélancolique de cette femme sur le tableau de Klimt.

Femmeautableau

La Femme au Tableau, Gustav Klimt

Adèle Bloch-Bauer, vous la décrivez comme une femme qui s’affranchit de son milieu bourgeois, qui vit une histoire d’amour torride avec Gustav Klimt, et aussi comme une activiste politique proche des idées socialistes…A l’aube du 20ème siècle, cela fait beaucoup pour une seule femme. Quelle est la part de fiction et de réalité ?

En préambule, je ne suis pas certaine que ce soit important de savoir exactement ce qui est vrai ou non. C’est un roman. Toutefois, quelques éléments de réponses, sur l’histoire d’amour, personne ne sait réellement ce qu’il s’est passé entre Adèle et Gustav. Sur le reste, les sources sont plus précises. Dans son testament, elle a légué sa fortune à la diffusion des idées sociales. De même, il est établi que c’était une femme engagée politiquement.

Votre Adèle à vous, celle du roman, avec quels mots la raconteriez-vous ?

C’est une femme qui sait aimer. Adèle est une véritable amoureuse. C’est une intellectuelle qui aurait pu exercer une profession. C’est pourquoi je l’imagine passionnée d’actualité et donc de journalisme. Ensuite, je crois que c’est une femme qui cherche à s’extraire d’un double carcan. Elle n’est pas féminisme au sens actuel du terme. Mais inconsciemment, sa façon d’être est profondément féministe. C’est une femme libre.

Vous êtes journaliste littéraire à Paris Match. Le goût des livres, cela vous vient d’où ?

Je ne sais pas exactement d’où il me vient, mais je l’ai eu très tôt. Avant même de savoir lire. Quand j’allais faire des courses avec ma grande-sœur qui a quatre ans de plus que moi, je devais avoir cinq ans, et elle gardait toujours un peu d’argent pour m’acheter des petits livres. Ils valaient 1 franc. L’apprentissage de la lecture a bouleversé ma vie. J’ai toujours adoré les livres. Je demandais des livres à Noël. Un livre, c’est pour moi un très beau cadeau.