1 min

L’éclat de rire de la rentrée

Ernest Mag Caro Broadway

Vous avez le bourdon ? Vous n’avez pas envie de reprendre ? Vous commencez un nouveau boulot et vous avez un peu le trac ? Pas de panique, Ernest a ce qu’il vous faut. Ernest qui avait déjà été le premier à vous dire tout le bien qu’il pensait du précédent roman de l’auteur le plus drôle de la littérature francophone récidive en vous prescrivant la lecture du nouveau roman de Fabrice Caro qui vient de paraître dans la collection Sygne de Gallimard.  « Broadway », c’est son titre et c’est un mot qui va désormais résonner en vous comme étant le synonyme d’une comédie philosophique hilarante. Oui, hilarante. Le mot n’est pas usurpé. Ce nouveau roman de Fabrice Caro est un bonbon pour les zygomatiques. Il sera LE livre qui vous permettra de voir la rentrée avec le sourire. Et pour cause, le héros du livre Axel, lui, reçoit un courrier du « Programme national de dépistage du cancer colorectal ».  Au départ, il ne voit pas le problème. Ou plutôt si : « Une formalité administrative, rien que de bien normal, toute personne ayant cinquante ans révolus la reçoit automatiquement. À ceci près que j’ai quarante-six ans. »

Un livre désopilant, à mettre entre toutes les mains

Cette lettre le conduit alors à interroger ses amitiés, ses choix de vie, ses envies. Tiens, par exemple, a-t-il vraiment envie d’aller faire du Paddle à Biarritz avec ce couple d’amis qui fait des barbecues sympas ? Il n’en est pas si sûr. Avec une plume vive, enlevée, enflammée et plongée dans le vitriol Fabrice Caro tire à boulets rouges mais avec une tendresse certaine que les tribulations des quadragénaires à l’orée de la cinquantaine. Quel chemin prendre ? Doit-on rester sur la même route ?  Doit-on bifurquer ? Toutes ces questions sont posées avec humour, bienveillance, joie et surtout avec une seule certitude : celle qui est de justement ne pas avoir de certitudes. Alors que la rentrée est propice à tous ces questionnements, qu’ils peuvent parfois être pesants, le livre de Fabrice Caro nous fait rire, et nous invite à la prise de recul. Cette lecture est un régal absolu qui résonne et maginifie la maxime de Romain Gary dans « La promesse de l’aube » : « L’humour est une déclaration de dignité, une affirmation de la supériorité de l’homme sur ce qui lui arrive ».

Si vous n’avez qu’un livre à lire cette semaine, c’est vraiment celui là. Il devrait être remboursé par la sécurité sociale pour ses bienfaits !

Fabrice Caro « Broadway », collection Sygne, Gallimard

Tous les livres du vendredi d’Ernest sont là.

Laisser un commentaire