1 min

Trop beau pour toi

Ernest Mag Une Tropbeau

Marco, le héros de ce roman est le genre de type énervant. Vous savez ces mecs qui sont toujours les préférés des nanas, qui sont toujours en couple avec les filles que nous – timides boutonneux – considérons, à tort souvent, comme inaccessibles. On en a tous connus. A 16 ans ça énerve, à 22 ça agace toujours un peu. Ensuite, on oublie. Problème pour Marco, il a 36 ans, il est trop beau, il vit un calvaire, et est contraint d’aller dans un groupe de parole pour raconter son malheur : il est discriminé parce que trop beau.

Il faut dire qu’il vit un calvaire, sa boss est en pâmoison devant lui. Il succombe. Il est viré. Il est embauché sur un poste alors qu’il n’a pas les compétences requises. Patatras, évidemment. Évidemment, il est le chouchou de toutes les femmes de l’entreprise dans laquelle il trouve refuge. Résultat : il est remercié pour manque d’esprit collectif. Las, Marco attaque son employeur pour discrimination physique. « Être trop beau ne me cause que des ennuis », semble crier Marco.

Une fable sociale drôle et interpellante

Pour trousser cette histoire drôlatique, nerveuse et bien écrite, Emmanuelle Heidsieck s’est inspirée du cas (véridique) de Mélissa Nelson qui avait été licenciée par son patron qui la trouvait trop attirante. Ce livre d’Emmanuelle Heidsieck, sous couvert de drôlerie, est en fait une fable sociale et sociétale puissante. Elle nous invite à nous interroger sur notre société où tout le monde est forcément victime de quelque chose, mais aussi sur la tyrannie des apparences et de la beauté. Au fond, ce que nous raconte le livre, c’est qu’à force de ne s’intéresser qu’à nos petits maux individuels, on oublie vite le collectif qui nous lie.

Voilà déjà donc quelques bonnes raisons de faire de ce livre notre coup de coeur du vendredi. S’il en fallait une dernière, la voici : ce roman fort et drôle est publié par Les Éditions du Faubourg. Une toute nouvelle maison d’éditions, fondée par Sophie Caillat. Faubourg, comme ce lieu de friction, de débat, de fête. Belle promesse largement tenue par « Trop beau » d’Emmanuelle Heidsieck. Lisez-le !

Emmanuelle Heidscieck, « Trop beau », Editions du Faubourg, 110p. 16 euros.

Tous les vendredislecture d’Ernest sont là.

Laisser un commentaire