4 min

Tribulations sensuelles

Ernest Mag Petitc

Et si nous reprenions un zeste de littérature érotique ? L'une des rubriques favorites des Ernestiens et des Ernestiennes est de retour ! Le "Petit cochon" de ce mois de janvier toujours signé Virginie Bégaudeau mêle initiation sexuelle, érotisme débridé et perversion assumée et joyeuse. Miam !

Anything for love - Al Bedell

« J’ai voulu exister dans ce monde qui n’existe pas du tout. Je n’aime pas ce que je suis, alors j’essaie d’être quelqu’un d’autre. Je me sens mieux quand je me regarde dans le miroir et que je ne me reconnais pas. La Vérité est moche, je ne veux rien avoir à faire avec elle. »

Ernest Mag BedellEn ouvrant le texte d’Al Bedell, je n’ai pas su où je m’engageais. Le résumé et la magnifique couverture d’Apollonia Saint Claire sont dissonants, mais j’y plonge. C’est l’Amérique avec ce grand A qui permet toutes les illusions. Ici, celles d’une adolescente de 15 ans, Cecily. Dans ses confidences à son ours Coccoa, elle livre sa candeur, sa pudeur et ses rêves de prince charmant. Elle rêve de Mike A comme on imagine celui qui nous ferait devenir Femme. Femme dépucelée, surtout.
J’ai l’impression d’être au cœur d’un téléfilm d’après-midi ou dans un épisode de Beverly Hills 90210, non censuré. Avec du sexe. Pur. Audacieux. Et pourtant, du sexe adolescent. Je suis surprise d’accompagner Cecily dans ces turpitudes qui détonnent au milieu de son environnement limité. Timide, bien trop banale pour être désirée, la jeune fille ira jusqu’à payer un « dépuceleur » professionnel. Je baigne dans une ambiance électrique des hormones de la puberté, en parfaite contradiction avec le puritanisme américain. J’aime l’idée. Je la déguste aussi immorale soit-elle.
La plume est fine, aussi fluide que le plaisir qui découle de ce récit finalement ordinaire. J’y trouve un mythe déconstruit. Une envie folle de revivre ces tentations aussi fantasmées que redoutées. Et je relis le titre qui sonne comme une chanson de Meat Loaf, qui accentue ce tourbillon terrifiant d’un âge en proie à l’orgasme décuplé. Surprenant. Unique. Érotique.
Je suis cette lycéenne au casier cadenassée, cette chearleader que les Quaterback invitent au Spring Break. Je me découvre, je m’apprivoise. Je laisse les autres m’apprendre la luxure.  Il y a un parfum de stupre et de tendresse. Il y a la sensualité maladroite des premières fois. J’ai 15 ans et j’ai des interdits. J’ai 15 ans et je découvre la vie.

Cet article est réservé aux membres Ernest.