3 min

L’été sera chaud… 2/2

Mickael Gresset Unsplash

Cet été, notre chroniqueuse Virginie Bégaudeau a décidé de titiller l’imagination des lectrices et des lecteurs. Elle a concocté une sélection qui navigue entre érotisme sensuel, excitation puissante et fantasme. Après les BD coquines le mois dernier, voici l'épisode 2 avec les romans érotiques. Toujours un moment à part que ces lectures !

Ernest Mag Petites AllieesPetites Alliées - Miss Clary F - éditions D.Leroy

A l’aube de l’armistice de 1918 est publié un bijou d’érotisme. Un texte d’une rareté absolue, devenu introuvable durant des décennies. Est-ce son absence dans nos bibliothèques qui l’a rendu si précieux ? Un roman érotique clandestin en pleine Grande Guerre. C’est en premier lieu un véritable bouleversement littéraire que j’ai trouvé avec « Les Petites Alliées », puis tout ce qui a marqué érotiquement les esprits de l’époque. J’y lis des Allemands féroces, violeurs, mais également une fresque sensuelle et luxurieuse de la libération féminine.

Apprendre l'Histoire en se délectant sensuellement

C’est un texte fort, une curiosité. Une pornographie patriotique en quelque sorte. Dans la trame générale, les femmes, de plusieurs nationalités, stéréotypées en fonction de leur pays d’origine, réconfortent des soldats blessées et leur réconfort devient le don du corps, le don de la jouissance, de leur virginité pour la majorité d’entre elles. Dévouées, j’ai aimé cette soumission à un siècle qui n’existe plus, et cette simplicité entre les échanges d’une sexualité brute et découverte. Je ne suis toutefois pas impressionnée des pratiques mises en avant. Classiques sodomies et clitoris qui bourgeonnent comme au printemps, viols et brutalité qui rappelle la période de guerre que les héros vivent au quotidien. Saphisme lorsque les jeunes fébriles ne trouvent pas l’orgasme dans les bras des hommes qu’elles secourent, je me suis glissée volontiers sous les draps des brancards ou les granges désertées.

Cet article est réservé aux membres Ernest.