9 min

Robert Crais sort de l’ombre

Robertcrais Reperage

Sans éditeur en France depuis dix ans, Robert Crais, auteur phare du polar US nous revient avec un roman de 2015, « La Promesse ». Un des quatre titres que ses fans français ont maintenant à rattraper… Rencontre

COUV La Promesse 1400 Ils nous ont manqué, lui et son héros Elvis Cole, détective pétri de compassion, complice du rude Joe Pike. Robert Crais a créé en 1987 ce duo d’enquêteurs aussi savoureux que la paire Dave Robicheaux - Clete Purcel chez James Lee Burke, ou que le tandem Fossoyeur Jones - Ed Cercueil chez Chester Himes. Comme dans une soixantaine d’autres pays, leurs enquêtes ont très vite trouvé leur public en France et séduit la critique. La lune de miel a duré vingt-cinq ans, jusqu’au douzième volet de la série, « Coyotes » (en vo : « Taken »), sorti en 2012.
Après ce livre et un roman unitaire paru en 2013 (« Suspect »), les libraires français n’ont plus reçu le moindre titre inédit sous la signature de Robert Crais. A cette date, pour des raisons de stratégie éditoriale (1), les éditions Belfond ont coupé les ponts avec un romancier pourtant considéré comme l’un des dix grands noms du polar aux Etats-Unis. Un auteur dont le public de fidèles a néanmoins fait honneur aux rééditions en collection de poche, qui totalisent 732.000 exemplaires vendus depuis 2002 selon les éditions Pocket !

La longue absence de l’auteur de « LA Requiem » et « L’homme sans passé » a pris fin grâce à une jeune maison qui croit toujours en lui. Talent Editions a repris le fil là où il s’était cassé, avec « La Promesse », sorti en 2015 aux Etats-Unis. Un pavé où l’on retrouve toutes les qualités qui ont fait émerger et durer Robert Crais : sens du suspense, intrigues à tiroir, clins d’œil. Et aussi le décor inépuisable de Los Angeles, ville des extrêmes qui mixe la sauvagerie du béton et de la nature toute proche.

Dans son style fluide et visuel, l’ancien scénariste de fictions télé lance Cole et Pike sur les traces d’une mère de famille couleur muraille, fonctionnaire en apparence irréprochable mais accusée d’escroquerie. La piste de l’argent détourné les amène à flairer un mobile terroriste. Le profil de la suspecte prend une épaisseur troublante dans un mille-feuilles complexe où un autre duo, issu celui-là de la brigade canine du LAPD, apporte sur les événements les regards décalés d’un maître-chien et d’un berger allemand.

« La Promesse » se lit en apnée. Après ce comeback prometteur, Talent publiera en novembre 2024 un autre roman de Robert Crais, qui reste à choisir parmi les quatre derniers parus aux Etats-Unis. Juste après avoir bouclé son prochain livre, l’intéressé s’est confié à Ernest depuis sa maison de Santa Monica, stoïque et souriant après une nuit de tempête qui avait provoqué plus de 400 glissements de terrain dans les environs.

Vous n’étiez plus publié en France depuis 2013, que s’est-il passé ?

Robert Crais : Dix ans, c’est long. A vrai dire, je ne suis pas certain de ce qui s’est passé avec mon précédent éditeur. Je pensais être dans le long terme, avoir une bonne relation de travail, mais tout s’est arrêté sans que je sache pourquoi. Je sais bien que le marché du livre s’est contracté en France mais ici aussi. Je pense qu’il y avait des problèmes indépendants de ma volonté parce que Dieu sait si j’avais envie d’être présent chez vous. D’un autre côté, je suis très heureux de travailler maintenant avec Talent Editions, tout est pour le mieux. Qui sait où j’aurais pu échouer sans eux ?

Quel effet vous fait ce retour en France ?

Robert Crais : Cela fait du bien pour toutes sortes de raisons. Durant ces dix années, beaucoup de mes anciens lecteurs sont restés en contact avec moi sur Facebook, Twitter et Instagram, d’autres les ont rejoints. Je savais qu’ils étaient là à attendre, à se demander pourquoi ils ne voyaient pas mes derniers livres arriver. En ayant continué à échanger avec mes fans français sur les réseaux sociaux, j’ai l’impression de n’être jamais parti, c’est un peu comme de rentrer à la maison. Et maintenant que « La Promesse » est sorti, ils ont l’air excités de retrouver Elvis Cole et Joe Pike.

En quoi le personnage d’Elvis Cole a-t-il évolué depuis sa création ?