1 min

Liberté d’expression, je dis ton nom

Le Livre Du Vendredi Twitter 1000x500(5)

En 6ème, un professeur d’Histoire répétait souvent que la pédagogie, c’était de la répétition. Cela avait tendance à agacer l’auteur de ces lignes. Et puis, il a pris quelques années. Il s’est rendu compte que la maxime se ce professeur n’était pas dénuée d’intérêt. Alors, il l’a en partie fait sienne. Cela notamment pour explique inlassablement ce qu’est la liberté d’expression, et pourquoi il convient toujours de la défendre. (Nous l’avons développé ici à plusieurs reprises comme par exemple ici ou ). Parce qu’au final, ce qui compte, c’est bel et bien d’affirmer toujours plus et fort ce à quoi nous croyons. Sans abdiquer et sans autre limite que celle de la loi.

L’esprit de la démocratie

Aussi alors que Charlie Hebdo fête ses 50 ans que nous lui en souhaitons 50 de plus (au moins), le livre que le journal publie aux Editions Les Echappés « Charlie Hebdo. 50 ans de liberté d’expression » est un régal absolu. Un régal de nostalgie de replonger dans l’histoire de notre pays au travers des polémiques de presse, de censure de capitulation. Un régal de drôlerie et d’intelligence. Un régal de passion démocratique au sens de Pierre Mendès France selon lequel la démocratie, ce n’était pas seulement aller voter aux élections, c’était plus large, c’est avant toute chose un état d’esprit. Cette état d’esprit de liberté, d’humour est dans ce livre des 50 ans, il était aussi là le 11 janvier 2015 et il perdurera parce que la pédagogie c’est de la répétition.

En résumé : rire, réfléchir, et s’enrichir. Voilà les trois choses que vous ferez avec ce livre magnifique sur les 50 ans de Charlie Hebdo. Pépite qui retrace les 50 années d’existence de Charlie Hebdo et de son combat pour la liberté d’expression, notre liberté d’expression si essentielle et si précieuse. C’est intelligent avec les articles de tous les historiques de Charlie : Val, Charb, Cavanna, mais aussi drôle avec les dessins des regrettés Cabu, Wolinski, Charb, Honoré et Tignous. A dévorer.

Tous les #vendredilecture d’Ernest sont là.

Laisser un commentaire