2 min

A nos rituels perdus

Ernest President

« Françaises, Français, je m’exprime aujourd’hui devant vous rituellement pour vous présenter mes vœux pour la nouvelle année qui démarre. 2021 sera une année faste pour notre pays. Nous continuerons sur la lancée de 2020, année inoubliable par excellence. Souvenez-vous. La beauté de cette année 2020 a véritablement démarrée au moment où le Paris Saint-Germain s’est (enfin) qualifié pour la finale de la Ligue des Champions en battant le Real Madrid au match retour à Santiago Bernabeu par 3 buts à 2 avec un triplé magique de Mbappé. Quelques semaines plus tard, souvenez-vous de ce si joli mois de mai. De cet air si doux et des ponts du 1er et du 8 mai mais aussi ceux de l’ascension et de la Pentecôte qui nous ont offert cette année un mois de mai à seulement 15 jours de travail.
Souvenez-vous de ce beau cortège unitaire de toute la gauche lors du 1er mai. Avec des banderoles de projets, des sourires aux lèvres, de la joie et de l’espoir. L’opposition républicaine retrouvée. En tant que garant des institutions, je ne peux que m’en féliciter.

Souvenez-vous aussi de ce mois de mai superbe où le festival de Cannes – en exclusivité – diffusa le film évènement de Woody Allen avant de lui accorder une palme d’or pour l’ensemble de son œuvre. Évidemment, quelques polémiques eurent lieu à ce moment là, comme vous, je m’en souviens, mais la beauté de ce film, franchement.

Et puis, que serait une cérémonie de remise de prix cinématographiques sans des petites anicroches ? Un art si Français que nous aimons tant.

Souvenez-vous aussi, mes chers compatriotes, de ce Roland Garros de feu lors duquel Benoît Paire, parvenant à ne jamais s’énerver s’est hissé en finale, pour s’incliner devant Roger Federer qui avait battu Nadal en quart et Djokovic en 1/2 au bout d’un match de 4h47. Ce fut véritablement un mois de mai fantastique. Et que dire de juin ? Cet Euro de football dans plusieurs pays européens. Du beau jeu au rendez-vous, et surtout, surtout, cette finale mythique durant laquelle la France menée 3-0 par l’Allemagne à la 65e minute de jeu a finalement renversé la tendance pour l’emporter à la 97e par 4 buts à 3. Inoubliable.

Évidemment, mes chers compatriotes, je ne peux oublier les festivals littéraires si riches que furent Quai du Polars, la Comédie du Livre de Montpellier, Etonnants Voyageurs à Saint-Malo. Tant d’instants de communion, de rassemblement si beaux, si tendres, si joyeux… Mes chers compatriotes, 2020, fut une année de joie. De joie intenses. Souvenez-vous des 48 médailles rapportées par notre nation lors des Jeux Olympiques de Tokyo qui démontrent réellement la capacité de notre pays à fabriquer des athlètes de haut niveau.
Souvenez-vous de ce nouvel exploit de Thomas Pesquet dans l’espace. Une fois encore notre astronaute nous aura régalé par son approche humaniste de la voie lactée.
Bref, mes chers compatriotes, cette année 2020 a répondu à nos attentes. Elle fut un savant mélange d’extraordinaire dans de l’ordinaire. Une association réussie des rituels habituels de nos années (évènements sportifs, artistiques etc…) avec notre capacité individuelle et collective à rendre ces rituels extraordinaires. Mes chers compatriotes, je suis fier en ce 31 décembre 2020 d’être votre Président. Votre énergie collective oblige le dirigeant que je suis à être à la hauteur. C’est pourquoi, mes chers compatriotes, je vous le promets, en 2021, nos rituels tous nos rituels que l’on juge parfois surannés, parfois pathétiques, seront bel et bien au rendez-vous ! Rendons les plus beaux encore. »

Ernest, président de la République Française…

Tiens d’ailleurs, un rituel est là. Le changement d’heure. Il est une heure de plus qu’hier. Et cela, c’est une certitude.

L’édito paraît chaque dimanche dans l’Ernestine, notre lettre d’inspiration dominicale puis le lundi sur le site.

Laisser un commentaire