2 min

Inexorable suspense pour sauver un enfant

Ernest Mag Wheel
0 vote

Sur Ernest, une chose manquait un peu : une chronique sur la littérature noire, mais plus encore, une chronique sur ces livres inattendus et puissants qui font la joie des lecteurs. Cette chronique ne manque plus. Jean-Edgar Casel, co-fondateur de la célébrissime librairie La Griffe Noire à Saint-Maur, découvreur d’un nombre incalculable d’immenses talents littéraires (Jussi Adler-Olsen, Bernard Prou, Guarnido, Norek, on s’arrête la liste serait trop longue), va relever le défi dans « La Griffe de Jean ». Son but : nous emmener faire le pas de côté. Avec une seule règle : le plaisir de lire. Bienvenue Jean ! D.M.

Ernest Mag InexorableClaire Favan, auteure de thrillers à succès, raconte habituellement des histoires de psychopathes, de tueurs en série se passant toujours aux États-Unis. Cette fois-ci, elle nous revient dans son dernier opus avec une histoire plus personnelle. Un roman noir se déroulant en France ; une tragédie humaine qui parle de fatalité et de différence.

Inexorable, synonyme impitoyable comme le destin qui va broyer la vie du père, Victor puis celle du fils Milo.

Inexorable, synonyme implacable comme la mère, Alexandra, qui va se transformer totalement au fil du récit afin de persévérer et de sauver son fils.

Tout en respectant les codes du roman noir, suspense, action, rebondissements, l’auteure aborde pour la première fois des thèmes plus personnels comme la différence ou le harcèlement dont est victime Milo, le jeune héros du livre. En effet, celui-ci, par son comportement, son attitude est le bouc-émissaire perpétuel et unique de sa classe, du système éducatif, puis de l’ensemble de la société qui l’entraîne inexorablement dans une spirale de vie négative. Il est toujours le coupable idéal, on ne cherche jamais à le comprendre ni à le soutenir. Claire Favan nourrit le récit de sa propre expérience personnelle. Cela donne une force puissante au livre qui reste malgré cela un roman.

Quand la vie peut nous broyer

L’autre force du livre est la transformation progressive de la mère, Alexandra, qui de personnage positif subissant les évènements va au fil de l’histoire, se métamorphoser en une véritable louve défendant son petit. A tel point, qu’à la fin de la lecture, une question assaille le lecteur : serions-nous prêt à tout sacrifier et à renoncer à toute humanité pour sauver notre enfant ?

Avec une intrigue habilement menée où tous les éléments du récit s’imbrique d’une manière parfaite jusqu’au final explosif, Cmaire Favan nous rappelle qu’elle est devenue, au fil de ses romans, une raconteuse d’histoires noires inoubliables. Inexorable est un roman coup de poing qui, comme le décrit admirablement la couverture, nous fait comprendre que la vie est faite de mécanismes qui parfois peuvent nous broyer.

« Inexorable », Claire Favan, collection Bête Noire, éditions Robert Laffont.

Retrouvez ici toutes les chroniques de Jean-Edgar Casel dans « La Griffe de Jean ».

Laisser un commentaire