5 min

Gaëlle Nohant : « Offrir un livre, c’est intime »

Gaelle NOHANT 02 © David Ignaszewski Koboy

Ce mois-ci, dans "Tu vas aimer", Cyril Jouison est allée à la rencontre de Gaëlle Nohant, romancière fantastique, autrice de l'un des plus beaux livres de ces dix dernières années "Légende d'un dormeur éveillé" (nous vous en avons abondamment parlé sur Ernest, étant même à l'origine de la mise en lumière de ce livre). Il lui a demandé ce qu'elle aimait offrir comme livres. Ses réponses correspondent à l'écrivaine fine, subtile et passionnante qu'elle est.

En résonnance avec La Femme révélée (Grasset) paru en 2020, Gaëlle Nohant nous révèle son intimité avec les livres. Lumineuse et souriante trajectoire d’une conversation autour des mots des autres. Des siens aussi.

Gaelle NOHANT 13 © David Ignaszewski Koboy« J’offre un livre car, bien avant d’être un écrivain, je suis une lectrice depuis l'enfance. Pour moi, la lecture, et en particulier la lecture de romans, a toujours été un territoire de liberté. Une forme d’école buissonnière. Lire m'a appris l’impertinence, la révolte, la désobéissance. Beaucoup de choses importantes (rires). D’autre part, je trouve que c’est un immense dépaysement. Un livre est toujours un voyage. Un horizon sans limite. Je pense que, dans la période que nous traversons, tout est tellement racorni, tellement rétréci qu’on a du mal à entrevoir un horizon. Alors lire est important. C’est encore plus précieux. La lecture m’a toujours procuré des émotions très intenses. Et ces émotions peuvent nous relier, dans ce moment où nous sommes un peu coupés les uns des autres. Et empêchés de toutes sortes de manières. Beaucoup de gens se sentent très seuls.

Offrir un livre est un acte très intime. Nous offrons quelque chose qui nous a touché. En même temps, c’est un lien particulier. C’est difficile de choisir un livre pour quelqu'un. Si on le connaît bien, on choisit mieux. Mais c’est quand même risqué. Je me suis souvent trompée en offrant des livres. Quand je mets dans le mille, c’est une grande satisfaction. Offrir un livre, c'est une sorte de compromis : on se met à la place du lecteur à qui on va offrir le livre et en même temps, on transmet quelque chose de très personnel. Pour offrir le bon livre, il faudrait pouvoir savoir et deviner ce dont l’autre à besoin à ce moment-là. Beaucoup de choses entrent en ligne de compte. Il y a de bons moments pour les livres, et des rendez-vous manqués.
Par exemple, c'est magique de trouver le livre qui parle à votre tristesse et va la consoler. Celui qui entre en résonance avec ce que vous êtes en train de traverser dans la joie, la peine ou l’espérance. Ce n’est donc pas évident de choisir le bon livre pour quelqu’un (rires).