< 1 min

L’électricité vénéneuse et envoûtante de Manuel Blanc

Ernest Mag Corps Electriques

Dans notre livre du vendredi cette semaine : un livre sensuel. Ce livre, c’est « Les corps électriques » de Manuel Blanc aux éditions de L’Observatoire. L’histoire est à la fois simple et complexe. Virginie se sépare d’un homme. Fin d’un amour. Elle s’exile et elle se met à danser. A faire du pôle dance. Cette discipline devient un moyen de faire le deuil de sa relation passée, mais aussi de s’affirmer pleinement en tant que femme.

Inattendu et bouleversant

Sa déambulation dans la vie, son rapport avec les hommes qu’elle croise, son rapport avec son frère jumeau qu’elle avait dans le dos. Ce curieux syndrome : un fœtus minuscule calcifié dans son épaule. Pendant la grossesse, elle a « dévoré » son jumeau. Mais Elle a vit avec lui. Lui parle. Comme un manque.  Le personnage de Virginie est un personnage lunaire. Manuel Blanc écrit avec merveille les troubles, les doutes, les failles et les errements de sa Virginie, mais aussi finalement de tout un chacun.  C’est là sa prouesse : faire d’une histoire marginale une quête universelle d’identité, d’amour et de sensualité. Le style est tantôt électrique, tantôt lent et envoûtant. Comme une danse qui alternerait les accélérations et les temps plus lents. Plus langoureux. Bref, c’est un livre inattendu et bouleversant.

Tous nos livres du vendredi sont là.

Laisser un commentaire