2 min

Avec Pépin, échoue en confiance !

Bernard Hermant 541485 Unsplash

Quand un philosophe s’empare de l’échec et de la confiance, cela donne deux ouvrages passionnants et stimulants. La plume exquise de Charles Pépin nous emmène de Nadal à Sartre en passant par De Gaulle, Madonna, Miles Davis et Christian Bobin. On en ressort plus instruit, plus humble et surtout plus intelligent. Indispensables !

Ernest Mag Pepin Allary« Quand vous jouez une note, seule la suivante permettra de dire si elle était juste ou fausse », rappelait souvent le jazzman Miles Davis. Cette phrase est l’une des innombrables inspirantes et passionnantes que vous pourrez trouver dans la réflexion riche et passionnante que le philosophe Charles Pépin mène dans son livre « Les vertus de l’échec » paru l’an dernier dans l’excellente maison Allary éditions. Dans cet ouvrage, Pépin expliquait avec intelligence et finesse la façon dont – en France notamment – l’échec est vu comme une infamie. Or, en s’appuyant sur la philosophie, mais aussi sur la politique et le sport, Pépin soulignait avec brio la façon – dont au contraire – on peut tirer grand profit d’un échec et surtout pourquoi il est important d’échouer pour réussir. Les exemples sont légions et vont de Rafaël Nadal à Charles de Gaulle en passant par Steve Jobs. L’intérêt de l’ouvrage est triple. Non seulement il constitue une approche profonde et philosophique de la question de l’échec que chaque humain connaît un jour, mais il est aussi un outil précieux pour se mettre en mouvement et avancer. Enfin, dernier intérêt du livre – et non des moindres – il est plaisant. Pépin ne s’écoute pas écrire, il raconte. Il ne donne pas de leçons, il pose des jalons de réflexion. Pour cela, il faut évidemment lire les « vertus de l’échec ».

Des ouvrages joyeux, intelligents et utiles !

Ernest Mag Pepin ConfianceMais il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Cette semaine, jeudi 29 mars, a paru toujours chez Allary Editions, la deuxième brique de la philosophie positive et active que Pépin met à disposition de chacun. Après avoir accepter les vertus de l’échec, il nous faut apprendre comment la confiance en soi est un outil indispensable à notre épanouissement. Dans son nouvel opus « La confiance en soi, une philosophie », Pépin mêle une nouvelle fois approche philosophique avec des exemples concrets pris dans l’univers de la musique ou du cinéma pour appuyer sa démonstration. Une nouvelle fois, son approche est didactique, ludique et accessible. Une nouvelle fois, sa prose invite à se mettre en mouvement. Une nouvelle fois, Pépin utilise la philosophie comme un outil puissant de développement de soi. Et surtout comme un moyen d’aller plus loin. Ce nouvel ouvrage est donc à lire. Dans un tout. Et il sera utile à tous. A ceux qui débordent de leur propre contentement et des boursoufflures de leur égo aussi bien qu’à ceux qui ont toujours eu l’impression que la confiance en soi n’était pas pour eux. Bien au contraire. Deux lectures salutaires, utiles, joyeuses et entraînantes.

« Les vertus de l’échec » et « la confiance en soi : une philosophie », Allary Editions, 18,90 euros

Toutes les « pépites pour penser » (autrement appelés pompeusement les Essais) d’Ernest.

1 commentaire

  • […] Quel rapport avec les livres ? Celui de vous inviter à lire ou relire un livre paru en avril dernier mais qui est une vraie mine d’or pour tous ceux et toutes celles qui, par instants, sont gagnés par le doute. Ce livre c’est celui du philosophe Charles Pépin : la confiance en soi, paru chez Allary Editions. Nous vous en parlions ici. […]

Laisser un commentaire