1 min

Une poésie subtile, accessible et ambitieuse

Ernest Mag Freeman

Pour nombre d’entre nous la poésie peut rester mystérieuse, lointaine et réservée à une élite. Il est même aisé de la croire cantonnée aux récitations d’écoliers. Toutefois, en se frottant délicatement à elle des étincelles se produisent. Comme dans une rencontre amoureuse inattendue avec cet homme ou cette femme qui a toujours paru aux antipodes de nos envies et qui d’un coup devient une forme d’évidence. Il peut en être de même avec la poésie. Sur Ernest, nous l’avons montré l’an dernier avec notre rubrique ironiquement intitulée « Mort à la poésie » qui fut longtemps la seule rubrique poésie de la presse culturelle française. Nombre de lecteurs sont venus ou revenus vers la poésie avec ce moment du lundi matin. Et en quelque sortes, le livre de ce vendredi vient aussi de cette accès donné vers la poésie contemporaine forte, puissante et virevoltante. Avec « Vous êtes ici » de John Freeman, paru chez Actes Sud, nous sommes clairement dans de la poésie qui peut parler à tout le monde. Ici, Freeman raconte les lieux du quotidiens (Métros, routes etc…) mais aussi les frontières réelles ou imaginaires que nous mettons dans nos existences. Cela avec des mots ciselés, puissants, qui touchent au cœur et interpellent le lecteur et le conduisent à repenser la solitude de sa vie sans frontières, mais aussi en regard avec l’ensemble des solitudes qui peuvent faire que « le rien devient un tout ».

Avec la poésie tout devient possible

Les poèmes de Freeman parlent du rien et du tout. Parlent de tout et de rien. Et c’est d’une beauté rare. D’une infinie tendresse et d’une profondeur émouvante sur ce qui relie les fils de nos vies. Ce petit recueil dense de poèmes et de fragments est à mettre entre toutes les mains. Parce que les poètes nous donnent la rage de vivre. Nous avons la « rage de créer de nommer et de redessiner le monde ; c’est la rage des vivants » écrit d’ailleurs avec justesse Freeman rappelant ainsi à tous et à chacun que rien n’est jamais joué tant que le couperet n’est pas tombé. Vivifiant !

John Freeman, « Vous êtes ici », Actes Sud.

Tous les #vendredilecture d’Ernest sont là.

Laisser un commentaire