Les indésirables : réenchanter l’horreur par la beauté

Diane Ducret, l’auteur de « Femmes de dictateurs » et de « Lady Scarface », vient de publier un bijou. Un livre émouvant, lumineux et bouleversant : Les Indésirables aux éditions Flammarion.

C’est l’histoire de deux femmes que tout oppose, raflées par l’Etat français en juin 1940 et envoyées au camp de Gurs dans le Sud-Ouest. Dans ce lieu d’horreur, elle vont apporter de la lumière en fondant un cabaret.

Diane Ducret signe une sorte de « vie est belle » (film de Roberto Benigni) littéraire et livre une œuvre dont on ne sort pas indemne. A lire absolument.

Retrouvez l’interview de Diane Ducret par Ernest 

2 commentaires

  • Je connaissais Diane Ducret en tant que « biographe » et j’ai particulièrement aimé ce roman qui permet de combiner les connaissances d’une historienne avec les qualités d’une romancière. Ce livre m’a permis de découvrir une nouvelle facette de cette sombre histoire de la France en même temps qu’il m’a ému par la beauté des personnages. La fin du livre est un hommage à l’humain et à ce qu’il peut faire de grand, c’est d’autant plus palpable que l’acte final ponctue ce que l’homme peut faire de pire.

Laisser un commentaire