2 min

Perdants magnifiques

Capture D’écran 2023 10 20 À 16.44.10

Avec le XV de France, Léonard Cohen et Charles Pépin, louer les perdants magnifiques, vainqueurs de demain. Quand les livres soignent la tristesse d'une défaite au rugby.

Tandis que les maillots bleus s’écroulaient sur la pelouse, que les maillots verts se congratulaient, et que la grande déception était là pour tous les fans de cette équipe qui était plus qu’une équipe un état d’esprit, une envie, un rêve; les mots de Léonard Cohen sont venus. « Comment puis-je commencer quelque chose de nouveau avec tout cet hier en moi », écrit le plus célèbre des troubadour dans son génial roman au titre prédestiné pour l'équipe de France de rugby ce soir-là: « Les perdants magnifiques ».

Car, oui ils étaient magnifiques ces Bleus avec des bleus à l’âme. Ils étaient magnifiques dans le récit qu’ils ont tissé autour de leur aventure collective qui progressivement s’est propagée pour devenir l’aventure collective de tout un pays. L’aventure de cette équipe avait quelques chose d’une aventure au sens de Jankélévitch c’est-à-dire qu’elle se posait comme un style de vie. Un style de vie remplit de sérieux, mais aussi de folie. Un style de vie oscillant entre rigueur et fantaisie qui donnait tout son charme à l’architecture complète du jeu de ces Bleus.