1 min

L’heure magique

Il est 8h45, vous vous réveillez lentement. Café, thé, croissants, tartines et l’Ernestine. Il est 9h et en fait il devrait être 10h. Cette nuit, nous avons changé d’heure pour passer à l’heure d’hiver. Comme si nous avions gagné une heure en somme. Cela pour suivre l’ensoleillement naturel.
Comme une forme de retour aux sources. Et ce matin, Ernest formule avec vous un vœu. Et si nous prenions cette heure gagnée pour une heure magique. Une heure des possibles. Une heure pour nous. Une heure pour se retrouver, se ressourcer, s’aimer, se regarder, se plonger dans un livre, se perdre dans une construction de légo, se faire du bien en allant courir, se jouer des horaires, se concocter un deuxième café mettre un disque et s’immerger dans la musique.
Ernestiens, Ernestiennes, ce dimanche dure une heure de plus, faisons de lui une heure magique, une heure interminable, une heure qui est celle des rêves, des envies, des instants volés au quotidien frénétique. Faisons de cette heure magique qui aligne notre rythme sur celui du soleil, une heure lumineuse et ensoleillée même si elle signifie, aussi, que nous nous dirigeons vers l’hiver où c’est la lumière de la lune qui domine.

Une heure qui est plus qu’une heure

Toutefois, entre le soleil et la lune, il nous appartient de créer durant cette heure magique, mais plus largement dans nos vies, un delta lumineux qui peut nous servir de guide entre le jour et la nuit. Entre la lumière et l’ombre. Entre l’obscurité et la clarté. Évidemment ce delta lumineux est différent pour chacun et chacune d’entre nous, évidemment il peut évoluer tout au long de nos vies. Mais certainement que cette heure qui nous est offerte pourrait aussi nous servir à penser nos deltas  lumineux. Sont-ils toujours ceux que nous voulons vraiment ?
L’heure magique nous attend. Saisissons-la. D’ailleurs Marcel Proust écrivait …
« Une heure n’est pas qu’une heure, c’est un vase remplit de parfums, de sons, de projets, et de climats »

Bon dimanche magique

Tous les éditos d’Ernest paraissent d’abord dans la lettre dominicale d’Ernest, l’Ernestine. Pour s’inscrire c’est là. Puis sur le site, ici.

Laisser un commentaire