< 1 min

On a tous quelque chose de Simone

Ernest Mag Merci Simone

« Aux grandes femmes la patrie reconnaissante ».  Le frontispice du Panthéon qui célèbre l’Humanité pourrait en ce dimanche 1er juillet s’écrire au féminin. Au féminin pour saluer madame Simone Veil. Simone Veil dont la vie fut à elle seule un roman aussi tragique que sensationnel et passionnant. Au cœur du meilleur comme du pire de la France. Dans cet élan, il faut enseigner l’œuvre et Simone Veil et dire Merci Simone.

Dans les photos de Simone Veil, quelles qu’elles soient, plusieurs choses interpellent toujours. D’abord, son visage qui dit la force et le courage. Les yeux qui forcent le respect devant la détermination. Les clichés disent aussi Simone la travailleuse. Celle qui envers et contre tous, en 1974, s’est battue pour arracher à la société machiste et arriérée la loi sur l’interruption volontaire de grossesse. Simone, femme de tête qui tout au long de son existence a porté haute l’idée de la Politique. Les images de Simone Veil disent aussi son vécu. Celle de cette enfant déportée par la police française puis la Gestapo à Auschwitz à l’âge de 16 ans. Elle y perdra son père, son frère, et sa mère.

Alors qu’en ce 1er juillet 2018, un an après son décès, Simone Veil entre au Panthéon, notre devoir de citoyen est de nous rappeler de ses combats (sauf peut-être le dernier contre le mariage pour tous) et surtout de montrer en exemple sa force de caractère, sa résilience et malgré les tragédies son optimisme. Elle déclarait d’ailleurs en 1995 à Libération : «  vous savez, malgré un destin difficile, je suis et je reste toujours optimiste. La vie m’a appris qu’avec le temps le progrès l’emporte toujours. C’est long, c’est lent, mais en définitive, je fais confiance ». On a tous quelque chose de Simone. Merci Simone.

Tous les éditos d’Ernest

Laisser un commentaire